fbpx
Mon histoire : ce qui compte le plus à mes yeux

Mon histoire : ce qui compte le plus à mes yeux

J’ai envie de vous partager aujourd’hui un bout de mon histoire, les raisons profondes qui m’ont poussé à me reconvertir comme Sophrologue, Énergéticienne et Formatrice.

Je m’appelle Anne-Charlotte Boughalem, j’ai 32 ans et je vis aux Arcs en Savoie. C’est avec beaucoup de pudeur que je vous raconte mon expérience de vie, assez particulière, qui m’a conduite à exercer ce métier aujourd’hui. Vous allez comprendre rapidement que le titre n’est pas choisi au hasard !

Je suis tombée dans la marmite pendant mon enfance

Depuis petite, j’ai la sensation de percevoir l’invisible. Mon papa magnétiseur me parlait de vies passées, d’âme, des pyramides. J’ai eu aussi un parcours santé assez musclé, et j’ai dû passer de longs moments les yeux fermés, suite à un accident grave à mes dix ans.

J’ai ensuite récupéré une vision binoculaire et je me suis très bien adaptée, malgré les multiples complications et les séquelles à vie. En quelques centièmes de seconde, pour un accident stupide, me voilà borgne ! Mais cet état d’esprit dura très peu de temps. Je retrouvai rapidement ma joie de vivre naturelle, convaincue par cette phrase  « ce qui ne tue pas rend plus fort ».

J’ai toujours été très observatrice de la vie, de la société, des comportements humains. Et j’ai toujours été fascinée par les capacités de notre cerveau.

Pourquoi arrivais-je encore à garder le sourire malgré mes soucis de santé alors que d’autres ont tout pour réussir et sont constamment malheureux ?

Pourquoi certaines personnes parviennent à rebondir alors que d’autres sombrent dans la dépression?

2011 : Sciences et Spiritualité peuvent coexister

Passionnée par les sciences humaines, j’ai ensuite étudié l’économie et les politiques sociales. Assez rebelle de nature, avec une grande volonté de changer le Monde, j’ai migré au Mexique à mes 21 ans, pour continuer mon master en politique internationale. Je me suis spécialisée dans les problématiques environnementales.

En parallèle à mes études et de mon travail freelance je découvris les bienfaits de la méditation à mes 25 ans. Je me suis formée tranquillement pendant de longues années au Reiki, au Yoga, à l’Hypnose, pour développer ma communication avec les Anges. Tout cela n’était pas très académique mais j’y trouvais un certain équilibre : je donnais des séances en plus de mon travail.

Je vivais au Mexique, à Tulum dans les Caraïbes. J’ai été végétalienne pendant trois ans, j’ai des tonnes d’huiles essentielles, fleurs de Bach, j’écoute des musiques Kirtans (chants hindous) . C’est vraiment un mode de vie, une philosophie.

2014 : Envie d’exprimer mes valeurs profondes

Au bout d’un moment, mon travail d’analyste des politiques forestières ne me convenait plus. Je me retrouvais à diriger des projets humanitaires qui allaient à l’encontre des besoins des populations. Et de mes propres besoins :

  • d’Amour
  • de Bienveillance
  • et de Respect

Je décidai d’abandonner mon poste pour revenir vivre en France. En plus de cela, mon œil devait être opéré ou retiré. Il fallait que je passe quelque temps au pays pour voir mes médecins et prévoir les opérations …

En attendant mon intervention, je continuai un master en Politiques de Santé, pour mêler ma passion pour le développement personnel et pour les politiques sociales. Et me voilà partie à l’OCDE à Paris pour faire des recherches sur la Mesure du bien-être, le pied pour ma carrière. Je devais ensuite poursuivre par un doctorat sur ce sujet. Ma formation de Sophrologue, que je rêvais de suivre depuis 2014, allait m’être utile pour mener à bien mes recherches dans le cadre de ma thèse.

Mon doctorat était mon leitmotiv : donner des cours, écrire des articles, des livres, faire des conférences. Le tout sur un sujet qui me passionne: le bien-être.

2015 : Ma santé chamboula ma vie  …

Je me suis faite opérer à la fin de mon année de master en recherche, au moment de préparer les dossiers pour commencer ma thèse. Mais je ne me faisais pas de soucis car j’avais un poste assuré à l’OCDE, une institution dans laquelle je me sentais épanouie : il y avait même une salle de relaxation à tous les étages, le rêve !

Je me sentais envahie par une énergie protectrice, l’opération devait bien se passer.

Cependant, à mon réveil, j’ai senti une douleur tellement intense que je n’ai pu m’empêcher de fondre en larmes.

« Une vieille blessure de ton passé vient d’être ouverte » me commenta mon chirurgien.

Il nous expliqua alors que l’opération ne s’était pas déroulée pas comme prévu et que mon implant risquait de tomber. Ils n’avaient pas pu le fixer correctement.

J’ai ensuite passé 48 heures en position fœtale tellement la douleur était intense. Mais figurez-vous que je devais terminer d’écrire mon mémoire. Malgré cela, en à peine une semaine, me revoilà sur mon ordinateur,

Ça va aller me disais-je. Ce qui ne tue pas rend plus fort !

Je partis à Paris de nouveau et au bout d’un mois, mon état de santé commença à se dégrader. Mais je voulais absolument terminer mes impératifs pour rentrer en thèse.

J’ai fini d’écrire mon mémoire en pleurs, l’œil bandé. J’arrivai le jour de la soutenance complètement déconnectée. En sortant, je montai dans le tramway directement chez mon docteur. Verdict : mon implant avait glissé dans l’œil.

Opération en urgence

Je pensais que j’allais être d’attaque dans quelques mois, après cette deuxième opération. J’abandonnai Paris et l’OCDE me disant que je devais passer un peu de temps chez mes parents aux Arcs, pour me reposer.

La deuxième opération était fixée pour Septembre 2015. Mais je n’avais toujours pas conscience de la gravité de mon état de santé  ….

Qu’est-ce qui compte le plus à mes « yeux » ?

L’opération a été très compliquée. Quand j’ai senti la douleur au réveil, lorsque le médecin m’expliqua ce qui venait de se passer, je commençais à peine à comprendre que je venais de vivre quelque chose de très particulier.

Anne-Charlotte Boughalem Sophrologue Énergéticienne

À la suite de cette deuxième intervention, j’ai essayé de me replonger dans mon travail académique mais c’était impossible. Avant ces événements, j’hésitais à me consacrer pleinement au développement personnel. Mais je sentais que je n’avais pas le recul suffisant pour transmettre et pour accompagner des personnes de par mon jeune âge.

Après ces expériences si fortes, j’apprécie le simple fait de pouvoir « voir », « sentir », « entendre ». Car oui, j’ai récupéré la vue presque parfaitement après de longs mois de rééducation. Il s’agit d’un miracle pour la médecine.

De là, mes aspirations ont profondément changé et j’ai compris finalement que:

Oui, j’ai envie d’écrire des livres

  • accessibles à tous,
  • agréables à lire,
  • qui nous aident à grandir sur tous les plans: physique, mental, émotionnel et spirituel.

J’ai envie de donner des cours et des consultations mais sur des sujets existentielles :

  • Comment respirer ?
  • Comment gérer ses émotions ?
  • Comment retrouver la paix dans ce monde en mouvement ?

C’est ainsi que je commençai à reprendre mon projet de vie qui me tient tellement à cœur , depuis toujours.

Je n’avais pas osé expliquer mon histoire jusqu’à présent. Je le fais dans le but de redonner l’espoir aux personnes qui souhaitent se reconvertir pour suivre leur métier-passion. Car la vie mettra tout en œuvre pour que vous accomplissiez vos rêves.

Avec beaucoup d’Amour
Anne-Charlotte 😘

Mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne

Je souhaitais faire cet article depuis longtemps car de nombreuses personnes m’interrogent sur mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne.

J’ai passé mes premiers diplômes de Reiki et d’Angéologie en 2013 au Mexique. Mais cela fait seulement deux ans qu’Au Conscient existe. J’ai débuté ce blog lorsque je terminais mon diplôme de Sophrologie. Il s’est passé de nombreuses années entre le moment où j’ai commencé à me former et le moment où je puisse vivre à plein temps de mon activité.

Dans cet article, j’aimerais vous partager mon retour d’expérience sur mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne. 7 conseils pratiques pour réussir à vous installer sereinement.

Si vous avez des conseils à ajouter ou besoin de précision, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Voir la vidéo qui accompagne cet article en cliquant-ici

Mes 7 conseils d’installation comme Sophrologue et Énergéticienne

1. Se Former en permanence

À mon sens, le premier conseil pour réussir son installation comme Sophrologue et Énergéticienne (et toutes autres disciplines), est de se former.

Cette formation s’ajoute à une pratique et un travail sur soi permanent.

De nombreuses personnes se demandent quelles Écoles choisir.

Pour ma part, en Sophrologie, j’ai choisir une École qui délivrait un titre « avec RNCP ». Je me suis formée à l’école EFDS pendant un an. Mais en réalité, cela faisait déjà 6 ans que je pratiquais quotidiennement la méditation, le Yoga et l’Autohypnose.

Certaines personnes hésitent aussi entre différentes pratiques. Comme je l’explique plus loin, je pense que rien ne nous empêche d’apprendre différents outils et de conserver ce qui fonctionne le mieux en fonction des problématiques des personnes que l’on reçoit.

Les différentes formations que j’ai suivies, en Énergétique, en Sophrologie mais aussi en sciences humaines à l’Université, m’ont apporté une certaine méthodologie.

Aujourd’hui, je propose des séances en énergétiques, en Sophrologie et des Formations sur la Lune, les Anges et les Chakras !

2. Pratique et Expérience

Mon deuxième conseil pour réussir son installation comme Sophrologue et Énergéticienne est aussi de pratiquer et d’expérimenter les différentes techniques que l’on propose.

Je me souviens d’une cliente qui n’osait pas s’installer comme Sophrologue alors qu’elle avait suivi une très bonne formation à Paris. En fait, elle m’expliquait qu’elle avait beaucoup de difficulté à méditer et à se détendre. Dans ce contexte, elle manquait avant tout, de pratique pour enfin pouvoir proposer ses séances.

De mon côté, mon papa est magnétiseur, donc depuis petite, j’ai baigné dans ce milieu. Par la suite, j’ai commencé par pratiquer la méditation en écoutant des enregistrements guidés sur YouTube, fin 2011. Je lisais beaucoup de livre et redécouvrais tout ce monde merveilleux. Par ailleurs, je vivais au Mexique, un pays dans lequel la spiritualité est très importante.

J’ai testé différentes thérapies : acupuncture, fleurs de bach, massage énergétique, shiatsu, hypnose, naturopathie, chamanisme, guidance angélique …

En 2013, je me formais au Reiki et à diriger des séances de Guidance Angélique. À cet époque, j’ai tenté de m’installer à mon compte, je vivais encore au Mexique. Mais je perdis rapidement confiance en moi et je repris rapidement mon ancien poste comme Statisticienne dans le Développement durable.

En 2014, j’ai pris la décision de retourner vivre en France, pour des raisons de santé. À la suite de mes opérations, je décidai de m’inscrire à ma Formation de Sophrologie. J’avais envie d’apprendre pour moi, pour mon propre développement. J’avais un poste à temps plein de responsable administrative et le reste du temps, je me formais à mon rythme.

3. Se lancer en douceur

Je pense que le troisième conseil qui est à mon sens, très important, est de se lancer en douceur. Dans mon cas, lors de mon deuxième essai en France fin 2016, j’ai conservé une activité salariée à temps partiel pendant les huit premiers mois qui ont suivi mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne.

En complément de ce revenu, je bénéficiais aussi d’allocation chômage. Le fait de se lancer tout en sachant que l’on dispose du nécessaire pour régler ses dépenses fixes m’a beaucoup aidé. Mais aussi, je pense qu’il est important de conserver une activité professionnelle pour garder confiance en soi. Car au tout début de notre activité d’indépendant, on peut vite se sentir dépassé par toute cette nouveauté.

Pour ma part, il m’a fallu du temps pour démarrer mon activité car il y a une multitude de choses auxquels nous devons penser : administratif, assurance, inscription dans les différents annuaires, se présenter avec sa nouvelle activité, site internet, blog, réseaux sociaux……

4. Faire au plus simple

Un des choses qui m’aurait été très utile de savoir au moment de mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne est de chercher à faire au plus simple !!!

De mon côté, j’ai perdu beaucoup de temps dans des détails pour ma communication…

J’ai passé des heures sur des cartes de visites qui, au final, ne me plaisait pas… Des flyers que je n’ai jamais donné. 

Donc au début, je conseille d’imprimer vos publicités en petite quantité…

Pour le site internet, je l’ai fait moi-même car j’aime beaucoup l’informatique.  Si le cœur vous en dit, de nombreux tutoriels sont disponibles en ligne.

Si vous n’êtes pas calés en informatique, je vous conseille de faire appel à un pro et de faire un simple site d’une page sur WordPress. Certaines formules vous permettent aussi d’apprendre comment manier les logiciels et de prendre en main votre site web.

Le blog peut-être un bon moyen pour partager votre activité. Je pense que c’est le seul support sur lequel il est important d’y consacrer du temps. Mais là aussi, j’ai remarqué qu’avec le temps, j’écris mes articles plus rapidement. Je crée mes vidéos plus vite aussi car je les fais avec plus de simplicité.

Concernant le domaine juridique, je pense aussi qu’au début, il est préférable de choisir un statut simple puis, au fil du temps, d’évoluer sur un statut différent. J’ai choisi le régime de micro-entrepeneur qui me convient pour le moment. Les démarches sont simples à réaliser. Certains statuts peuvent être plus complexes, et parfois plus avantageux selon votre situation. À voir au cas par cas!!

5. Contacter la mairie, les autres thérapeutes, les gens qui vous inspirent !

Un cinquième conseil que je souhaiterais partager pour l’installation comme Sophrologue en particulier, est de contacter la Mairie de notre commune. Pour ma part, j’ai obtenu directement un poste dans les écoles et en maison de retraite.

Ensuite, j’ai contacté d’autres structures (à Paris, par mail !)  qui réalisent des ateliers en entreprise. J’interviens désormais avec eux sur des missions de Bien-être au travail dans ma région.

Les liens avec les autres thérapeutes et professionnels de santé sont très importants. J’ai contacté des Sages-femmes, j’en parle même à mon médecin ou aux pharmaciens. Parfois certains sont réticents mais cela fait partie du métier… On propose des services qui sont encore nouveaux pour beaucoup !

Parfois, certaines personnes ont peur de la concurrence, se disant qu’un autre thérapeute n’est pas bienvenu. Une des phrases qui m’aident beaucoup est : « le Soleil brille pour tout le Monde ».

Je pense réellement que nous ne sommes pas encore assez nombreux et que le Monde a besoin de plus en plus de nous !!  La rencontre avec d’autres thérapeutes est très enrichissante car on adopte aussi un autre point de vue. Chacun à son rôle à jouer dans le grand puzzle de la vie.

Le fait d’avoir contacter la Mairie et les autres thérapeutes m’a aussi permis de trouver un cabinet à louer en cas de besoin, une salle pour les séances collectives, de proposer mes services à des associations.

Grâce à tout ce soutien, j’ai pu me lancer sereinement.

6. Diversifier sa pratique et son public

Un sixième conseil qui m’aide beaucoup est de diversifier ma pratique et mon public. Au début, on me conseillait de me spécialiser dans un public précis. Mais finalement, j’ai adoré pouvoir travailler avec des enfants, des femmes enceintes, des personnes âgées, en entreprise, en collectifs et en individuels.

Par ailleurs, je donne des séances en Sophrologie, en Énergétique, je crée mes vidéos et mon Blog…. De nombreuses activités différentes, des thèmes nouveaux… Je pense que c’est ce qui me stimule le plus. Cela rejoins le conseil 1 de se former et apprendre à permanence.

Dans mon cas, j’aime découvrir de nouvelle méthode, perfectionner mes techniques, chercher des moyens différents pour apaiser les personnes.

Au bout de deux ans, je me rends compte que je préfère travailler d’une certaine façon. Mais c’est grâce à ces multiples expériences que j’ai pu définir ce qui je souhaitais vraiment.

Le fait de travailler avec un public différent nous fait sortir de notre zone de confort et à mon sens, cela m’a permis d’avoir plus confiance en moi !!

7. Incarnez ce que vous proposez !

Ce septième conseil paraît évident : incarner ce que l’on propose. La plupart des personnes qui ont cette envie d’être Sophrologue ou autres, ont déjà expérimenté la méthode pour eux-mêmes.

Et ils ont tendance à pratiquer pour eux. Mais cela n’est parfois pas suffisant. Lorsque l’on accompagne les personnes dans leur développement personnel, nous sommes aussi en plein travail de transformation permanent. On se doit d’être aussi accompagné et appuyé. Que l’on considère que nous sommes nous aussi en plein cheminement personnel.

Une phrase me revient souvent :

Comment peux-tu attendre que les personnes fassent appel à tes services si toi-même tu n’investis pas dans ton propre développement personnel???

Je pense que l’on se doit aussi de faire un travail sur nous pour accompagner les autres. Incarner ce que l’on propose ne veut pas dire : être zen en permanence et avoir atteint le sommet de l’illumination.

C’est plutôt être capable de mobiliser certains outils pour faire face aux aléas du quotidien.

Une personne me consulta car elle n’arrivait pas à vendre ses formations sur la Confiance en soi. Elle m’expliquait qu’elle manquait elle-même de confiance en elle…En travaillant sur ces blocages, elle arriva enfin à oser parler de ses formations !

Pour conclure cet article, je pense que chaque conseil est important. Il ni a pas d’ordre précis à suivre mais l’idée est de les adapter en fonction de sa propre pratique. Si vous avez d’autres conseils à partager, n’hésitez pas à me laisser un commentaire

Avec beaucoup d’Amour
Anne-Charlotte

Livre d’or

De l’authenticité, de la simplicité, de la bienveillance voilà comment je peux décrire l’accompagnement d’Anne Charlotte aussi bien dans les séances de sophrologie que j’ai faite avec elle via skype que le programme « Je médite avec la Lune ». Sandra Q.

Assitante de Direction et Sophrologue, "Je médite avec la Lune"

Ce que je retiens de cette séance, c’est qu’Anne-Charlotte est une professionnelle très à l’écoute, bienveillante, fine psychologue, qui m’a aidé à clarifier certaines situations et certaines interrogations que j’avais. Je recommande cette belle personne qui nous guide dans son territoire magique des guides et des anges qui chuchotent à son oreille. Fanny

Médiatrice familiale, Guidance angélique

Une expérience très positive avec une professionnelle engagée et à l’écoute de ses patients. Un véritable moment de détente et de connexion à soi. Je recommande vivement Anne Charlotte a toutes les personnes désireuses d’entreprendre une thérapie de relaxation ! Séverine

Architecte d'intérieur, Relaxation

Une première expérience pour moi .Un moment de détente pour se recentrer sur soi et évacuer les tensions.
Dès les 1ères séances des effets bénéfiques sur son quotidien, j’attends chaque semaine la séance avec impatience, merci Anne-Charlotte Ana

Hôtesse d'accueil, Sophrologie

Au moyens de profondes et belles méditations et d’un travail de réflexion, Anne-Charlotte nous accompagne, reste à l’écoute, conseille , tout cela avec la plus grande bienveillance . Estelle B.

Auxiliaire de puériculture, "Je médite avec la Lune"

Je remercie la lumière en toi. Je remercie la justesse de ta guidance. Je te remercie pour ta douceur, ton tact et ton écoute bienveillante. Je me suis sentie accueillie, me permettant ainsi d’écouter avec les oreilles du cœur et de l’âme les messages de mes anges. Gratitude pour la belle personne que tu es, qui m’aide à grandir. Céline

Chanteuse - Actrice - Guérisseuse, Guidance angélique

Anne-Charlotte est une praticienne qui travaille avec beaucoup d’amour et de passion pour le bien-être de ses patients. Après chaque séance, je ressens un sentiment de paix et de tranquillité. Merci Anne-Charlotte Sofia

Wedding planner, Harmonisation Énergétique

L’accompagnement d’Anne-Charlotte pendant le programme est très doux et sa voix magnifique. Tout est juste . Merci infiniment pour ton travail . Élodie R.

Ingénieur et Praticienne en Psychologie Positive, "Je médite avec la Lune"

Mes partenaires

Membre du réseau « Les Ateliers Durables » : Santé, Bien-être et Qualité de vie au travail

Partenaire de l’Association AB Tourisme

Membre de la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Membre du Réseau Néo-Bien-être: un esprit sain dans un corps sain