fbpx

Je souhaitais faire cet article depuis longtemps car de nombreuses personnes m’interrogent sur mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne.

J’ai passé mes premiers diplômes de Reiki et d’Angéologie en 2013 au Mexique. Mais cela fait seulement deux ans qu’Au Conscient existe. J’ai débuté ce blog lorsque je terminais mon diplôme de Sophrologie. Il s’est passé de nombreuses années entre le moment où j’ai commencé à me former et le moment où je puisse vivre à plein temps de mon activité.

Dans cet article, j’aimerais vous partager mon retour d’expérience sur mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne. 7 conseils pratiques pour réussir à vous installer sereinement.

Si vous avez des conseils à ajouter ou besoin de précision, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Voir la vidéo qui accompagne cet article en cliquant-ici

Mes 7 conseils d’installation comme Sophrologue et Énergéticienne

1. Se Former en permanence

À mon sens, le premier conseil pour réussir son installation comme Sophrologue et Énergéticienne (et toutes autres disciplines), est de se former.

Cette formation s’ajoute à une pratique et un travail sur soi permanent.

De nombreuses personnes se demandent quelles Écoles choisir.

Pour ma part, en Sophrologie, j’ai choisir une École qui délivrait un titre « avec RNCP ». Je me suis formée à l’école EFDS pendant un an. Mais en réalité, cela faisait déjà 6 ans que je pratiquais quotidiennement la méditation, le Yoga et l’Autohypnose.

Certaines personnes hésitent aussi entre différentes pratiques. Comme je l’explique plus loin, je pense que rien ne nous empêche d’apprendre différents outils et de conserver ce qui fonctionne le mieux en fonction des problématiques des personnes que l’on reçoit.

Les différentes formations que j’ai suivies, en Énergétique, en Sophrologie mais aussi en sciences humaines à l’Université, m’ont apporté une certaine méthodologie.

Aujourd’hui, je propose des séances en énergétiques, en Sophrologie et des Formations sur la Lune, les Anges et les Chakras !

2. Pratique et Expérience

Mon deuxième conseil pour réussir son installation comme Sophrologue et Énergéticienne est aussi de pratiquer et d’expérimenter les différentes techniques que l’on propose.

Je me souviens d’une cliente qui n’osait pas s’installer comme Sophrologue alors qu’elle avait suivi une très bonne formation à Paris. En fait, elle m’expliquait qu’elle avait beaucoup de difficulté à méditer et à se détendre. Dans ce contexte, elle manquait avant tout, de pratique pour enfin pouvoir proposer ses séances.

De mon côté, mon papa est magnétiseur, donc depuis petite, j’ai baigné dans ce milieu. Par la suite, j’ai commencé par pratiquer la méditation en écoutant des enregistrements guidés sur YouTube, fin 2011. Je lisais beaucoup de livre et redécouvrais tout ce monde merveilleux. Par ailleurs, je vivais au Mexique, un pays dans lequel la spiritualité est très importante.

J’ai testé différentes thérapies : acupuncture, fleurs de bach, massage énergétique, shiatsu, hypnose, naturopathie, chamanisme, guidance angélique …

En 2013, je me formais au Reiki et à diriger des séances de Guidance Angélique. À cet époque, j’ai tenté de m’installer à mon compte, je vivais encore au Mexique. Mais je perdis rapidement confiance en moi et je repris rapidement mon ancien poste comme Statisticienne dans le Développement durable.

En 2014, j’ai pris la décision de retourner vivre en France, pour des raisons de santé. À la suite de mes opérations, je décidai de m’inscrire à ma Formation de Sophrologie. J’avais envie d’apprendre pour moi, pour mon propre développement. J’avais un poste à temps plein de responsable administrative et le reste du temps, je me formais à mon rythme.

3. Se lancer en douceur

Je pense que le troisième conseil qui est à mon sens, très important, est de se lancer en douceur. Dans mon cas, lors de mon deuxième essai en France fin 2016, j’ai conservé une activité salariée à temps partiel pendant les huit premiers mois qui ont suivi mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne.

En complément de ce revenu, je bénéficiais aussi d’allocation chômage. Le fait de se lancer tout en sachant que l’on dispose du nécessaire pour régler ses dépenses fixes m’a beaucoup aidé. Mais aussi, je pense qu’il est important de conserver une activité professionnelle pour garder confiance en soi. Car au tout début de notre activité d’indépendant, on peut vite se sentir dépassé par toute cette nouveauté.

Pour ma part, il m’a fallu du temps pour démarrer mon activité car il y a une multitude de choses auxquels nous devons penser : administratif, assurance, inscription dans les différents annuaires, se présenter avec sa nouvelle activité, site internet, blog, réseaux sociaux……

4. Faire au plus simple

Un des choses qui m’aurait été très utile de savoir au moment de mon installation comme Sophrologue et Énergéticienne est de chercher à faire au plus simple !!!

De mon côté, j’ai perdu beaucoup de temps dans des détails pour ma communication…

J’ai passé des heures sur des cartes de visites qui, au final, ne me plaisait pas… Des flyers que je n’ai jamais donné. 

Donc au début, je conseille d’imprimer vos publicités en petite quantité…

Pour le site internet, je l’ai fait moi-même car j’aime beaucoup l’informatique.  Si le cœur vous en dit, de nombreux tutoriels sont disponibles en ligne.

Si vous n’êtes pas calés en informatique, je vous conseille de faire appel à un pro et de faire un simple site d’une page sur WordPress. Certaines formules vous permettent aussi d’apprendre comment manier les logiciels et de prendre en main votre site web.

Le blog peut-être un bon moyen pour partager votre activité. Je pense que c’est le seul support sur lequel il est important d’y consacrer du temps. Mais là aussi, j’ai remarqué qu’avec le temps, j’écris mes articles plus rapidement. Je crée mes vidéos plus vite aussi car je les fais avec plus de simplicité.

Concernant le domaine juridique, je pense aussi qu’au début, il est préférable de choisir un statut simple puis, au fil du temps, d’évoluer sur un statut différent. J’ai choisi le régime de micro-entrepeneur qui me convient pour le moment. Les démarches sont simples à réaliser. Certains statuts peuvent être plus complexes, et parfois plus avantageux selon votre situation. À voir au cas par cas!!

5. Contacter la mairie, les autres thérapeutes, les gens qui vous inspirent !

Un cinquième conseil que je souhaiterais partager pour l’installation comme Sophrologue en particulier, est de contacter la Mairie de notre commune. Pour ma part, j’ai obtenu directement un poste dans les écoles et en maison de retraite.

Ensuite, j’ai contacté d’autres structures (à Paris, par mail !)  qui réalisent des ateliers en entreprise. J’interviens désormais avec eux sur des missions de Bien-être au travail dans ma région.

Les liens avec les autres thérapeutes et professionnels de santé sont très importants. J’ai contacté des Sages-femmes, j’en parle même à mon médecin ou aux pharmaciens. Parfois certains sont réticents mais cela fait partie du métier… On propose des services qui sont encore nouveaux pour beaucoup !

Parfois, certaines personnes ont peur de la concurrence, se disant qu’un autre thérapeute n’est pas bienvenu. Une des phrases qui m’aident beaucoup est : « le Soleil brille pour tout le Monde ».

Je pense réellement que nous ne sommes pas encore assez nombreux et que le Monde a besoin de plus en plus de nous !!  La rencontre avec d’autres thérapeutes est très enrichissante car on adopte aussi un autre point de vue. Chacun à son rôle à jouer dans le grand puzzle de la vie.

Le fait d’avoir contacter la Mairie et les autres thérapeutes m’a aussi permis de trouver un cabinet à louer en cas de besoin, une salle pour les séances collectives, de proposer mes services à des associations.

Grâce à tout ce soutien, j’ai pu me lancer sereinement.

6. Diversifier sa pratique et son public

Un sixième conseil qui m’aide beaucoup est de diversifier ma pratique et mon public. Au début, on me conseillait de me spécialiser dans un public précis. Mais finalement, j’ai adoré pouvoir travailler avec des enfants, des femmes enceintes, des personnes âgées, en entreprise, en collectifs et en individuels.

Par ailleurs, je donne des séances en Sophrologie, en Énergétique, je crée mes vidéos et mon Blog…. De nombreuses activités différentes, des thèmes nouveaux… Je pense que c’est ce qui me stimule le plus. Cela rejoins le conseil 1 de se former et apprendre à permanence.

Dans mon cas, j’aime découvrir de nouvelle méthode, perfectionner mes techniques, chercher des moyens différents pour apaiser les personnes.

Au bout de deux ans, je me rends compte que je préfère travailler d’une certaine façon. Mais c’est grâce à ces multiples expériences que j’ai pu définir ce qui je souhaitais vraiment.

Le fait de travailler avec un public différent nous fait sortir de notre zone de confort et à mon sens, cela m’a permis d’avoir plus confiance en moi !!

7. Incarnez ce que vous proposez !

Ce septième conseil paraît évident : incarner ce que l’on propose. La plupart des personnes qui ont cette envie d’être Sophrologue ou autres, ont déjà expérimenté la méthode pour eux-mêmes.

Et ils ont tendance à pratiquer pour eux. Mais cela n’est parfois pas suffisant. Lorsque l’on accompagne les personnes dans leur développement personnel, nous sommes aussi en plein travail de transformation permanent. On se doit d’être aussi accompagné et appuyé. Que l’on considère que nous sommes nous aussi en plein cheminement personnel.

Une phrase me revient souvent :

Comment peux-tu attendre que les personnes fassent appel à tes services si toi-même tu n’investis pas dans ton propre développement personnel???

Je pense que l’on se doit aussi de faire un travail sur nous pour accompagner les autres. Incarner ce que l’on propose ne veut pas dire : être zen en permanence et avoir atteint le sommet de l’illumination.

C’est plutôt être capable de mobiliser certains outils pour faire face aux aléas du quotidien.

Une personne me consulta car elle n’arrivait pas à vendre ses formations sur la Confiance en soi. Elle m’expliquait qu’elle manquait elle-même de confiance en elle…En travaillant sur ces blocages, elle arriva enfin à oser parler de ses formations !

Pour conclure cet article, je pense que chaque conseil est important. Il ni a pas d’ordre précis à suivre mais l’idée est de les adapter en fonction de sa propre pratique. Si vous avez d’autres conseils à partager, n’hésitez pas à me laisser un commentaire

Avec beaucoup d’Amour
Anne-Charlotte

Share This

Share This

Share this post with your friends!